Sur Adieu Veracruz, leur deuxième album, Cherry Chérie délaisse le côté bonbon de leur facture et opte plutôt pour un Rock rétro teinté de touches plus obscures. Adieu Veracruz se veut la bande sonore d’un film noir inexistant ou la guitare surf (pensez au Jaguars) prend la vague avec assurance. Une œuvre d’ambiances de paradis perdu avec un je ne sais quoi de sexy des plus divertissante.

Cherry Chérie - Adieu Veracruz

Publicités

Maude Audet

Mardi dernier sur Poste d’écoute, j’avais l’immense plaisir de recevoir à nouveau l’auteure/compositrice/interprète Maude Audet. Cette fois, elle était avec nous pour nous parler de son nouvel album Comme une odeur de déclin. Influences, thèmes abordés, production et réalisation; voilà les bases d’une discussion (disponible à cette adresse) qui fût des plus passionnante! Sans oublier que Maude à eu la gentillesse de nous offrir une version acoustique de sa chanson Gallaway Road.

De plus, je suis revenu sur les nouveautés musicales de P!nk (Beautiful Trauma), des Barr Brothers (Queens of the Breakers), de Félix Dyotte (Politesses) Alexandre Tharaud (Barbara), de Beck (Colors), de Robert Plant (Carry Fire) et de Ian Kelly (Innocent). Toutes ces nouveautés et bien d’autres chansons se partageront les volets #AvecLesLoups #EnBonneCompagnie et #EntrerDansLaDanse

C’est encore un excellent et chargé Poste d’écoute qui est maintenant disponible sur le site web du FM 103,3!

Après être passé par Los Angeles, Vancouver puis Halifax, c’est finalement à Montréal que Matt Mays a mis la touche finale à son nouvel album. Mais aussi à la fin d’un chapitre de sa vie (une rupture amoureuse et la perte d’un membre de son groupe, le guitariste Jay Smith). Ainsi Once Upon a Hell of a Time fait office de thérapie, d’exorciste. Toute fois Once Upon a Hell of a Time n’est nullement lourd comme album, bien au contraire. Son Rock teinté de Blues et de Country lui a peut-être servi d’échappatoire mais nous, nous le recevons comme un fort jolie exutoire.

Matt Mays - Once Upon a Hell of a Time

Sean Nicholas Savage – Yummycoma 8/10

Publié: 17 octobre 2017 dans Musique

Avec Yummycoma, Sean Nicholas Savage signe son 12ème albums et pourtant il demeure l’un des secrets canadiens les mieux gardés. Toujours dans un mood romantique et en même temps individualiste, il frôle avec beauté une certaine nostalgie des années 70/80. Par contre, Savage demeure très actuel et rafraîchissant. Sexy, Yummycoma séduit l’auditeur avec ses ambiances légèrement Kitchs et est portées par la voix dynamique de Sean Nicholas. Les amateurs de feu Prince devraient ouvrir les oreilles.

Sean Nicholas Savage - Yummycoma

Bon soyons honnête, n’ayant pas d’enfant, il y a peu de chance que je réécoute ce mini-album de Maryse Letarte. Par contre il faut avouer qu’il est vachement bien fait. À la claire fontaine, Sur le pont d’Avignon, Ainsi font, font, font, Frère Jacques, etc. sont toutes des comptines classiques françaises qui, appelle une certaine nostalgie mais le traitement réservé à celles-ci ne carbure pas vraiment à cette nostalgie. Non, il est plutôt question d’offrir aux parents une interprétation moderne et surtout non-infantilisante de ces chansons de notre enfance. Les petits enfants tomberont sous le charme pendant que les grands pourrons se passer de leur bouchons d’oreilles et partager de sympathiques moments familiaux.

Maryse Letarte - Mes petites comptines à écouter

@felixdyotte ‏- Politesses 7.5/10

Publié: 14 octobre 2017 dans Musique

Sur son deuxième album solo, Félix Dyotte ce là joue très française. Un peu comme si Benjamin Boulay délaissait les effluves de la musique du monde pour plonger dans la nostalgie des synthétiseurs des années 80. Dandy nonchalant Félix a su bien s’entourer au chant par Evelyne Brochu et Béatrice Martin renforçant ainsi le côté suave de l’œuvre et un beau moment de camaraderie avec Philémon Cimon sur Pour ce que valent tes larmes. Politesses c’est en quelque sorte un homme à une vie de voyages. De sa plume sensible, il dépeint avec émotions ce désir d’exils duquel on embarque sans même connaître la destination.

J’avoue avoir légèrement fait le sourd d’oreilles en 2014 lorsque les Barr Brothers on lancé Sleeping Operator mais leur EP Atlas paru l’année suivante m’avait permis de renouer avec le groupe. Avec Queens of the Breakers mon amour des Barr Brothers ne risque guère de tarir. Queens of the Breakers est une œuvre somptueuse ou guitares (électriques comme acoustiques) côtoient harpe et voix rassurante avec aisance et bonheur. Que l’on pense à Paul Simon ou encore à Peter Gabriel, Queens of the Breakers demeure une proposition 100% Barr Brothers.

The Barr Brothers - Queens of the Breakers