Archives de avril, 2015

Avec une voix à la Robert Smith, V for Escargot offre un deuxième EP à son public qui pourrait s’agrandir. Bien qu’ils explorent et se cherche encore, leur Rock se raffine de plus en plus et on sent poindre un groupe plein de potentiel. Reste juste à diversifier l’ensemble et à reserrer le tout.

Dyotte se sentant maintenant prêt à se lancé en solo (il a formé Chinatown il y a quelques années), nous propose un album à son nom. Fort de nombreuses collaborations (Francis Mineau de Malajube à la batterie et aux percussions, Kandle à la voix, Philippe Brault à la contrebasse pour ne nommé que ceux-là) l’œuvre ne se trouve aucunement détourné de sa propre personnalité mais bien bonifié de talent agrémentant pleinement son univers Synt/Pop un brin rêvasseur. Côté textes, le passage en solo permet une écriture plus personnelle, riche et fort imagée. Un album sans fioritures inutiles et joliment poétique parfait pour l’été.

Projet du clavier international et compositeur Clément Leduc, le quatuor formant Hologramme propose un premier album Electro laissant une très grande place aux synthétiseurs analogiques. Si l’ensemble semble parfois désaccordé il s’en dégage tout de même quelque chose de ludique. Toutes les pièces ne possède pas l’attrait de Upright ou encore de POV mais si l’on garde en mémoire qu’il s’agit d’une première proposition c’est fort convainquant.

Les Beatles resterons toujours inimitable mais cela ne signifie pas que l’on ne puisse pas s’amuser un brin. Ce plaisir est palpable sur l’hommage concocté par Gilles Valiquette autour de son ukulélé. Plus interessant lorsqu’il se penche sur les pièces Post Revolver (When I’m Sixty Four, Your Mother Should Know…) car le travail de réarrangement y est plus évident, les premiers succès du Fab Four réinterprétés en anglais ou en français font sourire de joie. Sans prétention aucune P.S. I Love Uke respire l’amour, le talent et le respect.

PS
Pourquoi avoir mis The End au milieu de l’album?

C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai reçu les membres d’un groupe qui a fait beaucoup de chemin de la parution de leur premier album en 2008, Les Incendiaires. Avec moi pour parlé de leur plus récent EP Pink Venus. Plusieurs sujets avons-nous abordé durant cet entretien des plus intéressant et disponible à cette adresse.

En plus, je suis revenue sur les nouveautés de Randy Batchman (Heavy Blues), de Bears of Legend (Ghostwritten Chronicles), Francis Cabrel (In Extremis), Florent Vollant (Puamuna) et Gilles Valiquette (P.S. I Love You). Tout ça et bien plus grâces au volet « Complètement fou », « De retour après la pause » et « Le Cours des rivières ».

Ce Poste d’écoute, dans sa version intégrale, est disponible sur le site du FM 103,3.

@thebarrbrothers – Alta Falls 8/10

Publié: 29 avril 2015 dans Musique

EP surprises constitué de « mises de côté » de leur album Sleeping Operator. Plus pret du Folk de leur premier album, les chansons qu’on y trouvent nous bercent de leur douceur. Indéniablement, elles nous transportent dans un univers à mi-chemin entre le rêve et la réalité Un trop court voyage mais qui nous arrive sans s’annoncer alors loin de moi l’idée de me plaindre.

@_korpiklaani – Noita 8/10

Publié: 28 avril 2015 dans Musique

Sur Noita vous n’entendrai pas d’anglais (comme sur le précédent Manala), ni de chanson sur la boisson (Vodka, Tequila) mais une très sympatique reprise en Finlandais de Mony Mony succès de Billy Idol. Du reste on retrouve Kopiklaani en grande forme et fort inspiré. Sur Noita (Sorcier/Shaman) leur Folk/Metal nous matraque agréablement en variant juste assez la cadence pour nous surprendre dans les détours. Le plaisir du groupe à jouer ensemble émane toujours. Plus concis Noitaest également plus aboutis.