Archives de octobre, 2016

@leannrimes – Remnants 6/10

Publié: 29 octobre 2016 dans Musique

LeAnn Rimes possède une voix magnifique et sur Remnants elle le démontre à plusieurs reprises. Le problème c’est que musicalement c’est assez faible. En se départissant presque complètement de ses racines Country, elle est devenue interchangeable. L’habillage Pop est bien fait mais tellement aseptisé qu’il devient fade. À trop vouloir agrandir son public, Rimes perd un peu son âme dans une sensualité forcée.

leann-rimes-remnants

Publicités

Klô Pelgag, est de retour avec un album aux grands élans mélodiques et aux textes hautement poétiques. Plus orchestral avec sa pléthore de violons et de cuivres et ses chansons possédant un univers quasi fantasmagorique, L’étoile thoracique est pourtant plus homogène que L’alchimie des monstres, son album précédent paru en 2013. Plus intime aussi, ce voyage fantastique est riche d’une poésie impressionniste qui ne craint guère la dureté des mots (« Ce n’est pas l’amour qui t’a rendu aveugle. C’est ton corps qui ne sait pas voir » chante-elle sur Les Mains d’Édelweiss). Klô Pelgag (ou Klô Avion Tournevis Pelpingpong dans les crédits) propose une œuvre mature mais toujours emprunt d’une douce folie qui nous fait en redemander encore et encore.

klo-pelgag-letoile-thoracique

Le quatuor belge Dalton Telegramme souffle au Québec porté par un vent favorable venant des vieux pays. Les Liégeois propose sur Sous la fourrure une musique Country largement américanisée. Très traditionnel dans la forme les garçons de Dalton Telegramm ajoutent tout de même une petite touche atmosphérique agréable en plus de quelques claviers et cuivres. Sans grande innovation mélodique, le groupe demeure efficace. Je m’en voudrais de ne pas mentionner l’omniprésence jamais lourde de l’amour dans les textes à la rime présente sans être trop appuyée.

dalton-telegramme-sous-la-fourrure

@Karim_Ouellet – Aïkido 8/10

Publié: 28 octobre 2016 dans Musique

Mini-album surprise qui risque effectivement d’en surprendre plusieurs. C’est que sur Aïkido, Karim explore plus que sur ses dernières parutions. Apartés, les quatres chapitres (plus une Préface et un Épilogue) auraient difficilement trouvé leur place ailleurs qu’ici. Laissant de côté la facture léchée et parfois les mélodies tangibles Ouellet essaie, fouille et réussit. Sans perdre son auditeur, bien au contraire, Aïkido s’amuse avec lui le sachant intelligent.

karim-ouellet-aikido

@samrobertsband – Terraform 7.5/10

Publié: 28 octobre 2016 dans Musique

D’accord, il y a une sorte de formule Sam Roberts depuis Love at the End of the World (2008) mais comme il semble être le seul à en connaître le secret, il est toujours plaisant d’y creuser une nouvelle fois. Son Rock hyper-accrocheur et joyeux est des plus agréable; lui permettant même de livrer son message sans être prêchi-prêcha. Accessible sans être formaté Terraform, s’avère un agréable ajout dans le paysage musical d’ici.

sam-roberts-band-terraform

Ah Cloclo, ta poésie si douce et si riche nous fait rapidement te pardonner le classicisme de ton œuvre. Même ceux qui connaissent ton escapade plus exploratrice (Cerf-Volant, 1969) ne peuvent s’imaginer une plus belle façon de poser ta voix grave et posée que ces mélodies Folk sans artifice. Comme un pèlerinage emprunt de nostalgie on t’aime D’amour et de tendresse.

claude-gauthier-damour-et-de-tendresse

Avenged Sevenfold – The Stage 6/10

Publié: 28 octobre 2016 dans Musique

Trois ans après Hail to the King, Avenged Sevenfold est de retour sans trop s’être annoncé avec The Stage (qui n’est pas un album en spectacle). Après une ouverture prometteuse, l’album s’enlise dans des banalités maintes fois entendues. Riffs plus Rock que Metal, légèreté digne de balades radiophoniques et mélodies sans grandes surprises. Manque de profondeur et de dynamisme.

avenged-sevenfold-the-stage