Archives de octobre, 2018

Pourquoi lancer un album aussi estival en plein automne? Papaye et chaleur, légèreté et sensualité se dégagent pourtant largement de We Love Belafonte; album hommage à Harry Belafonte concocté par Nick Petrowski et Florence K, entourés de leurs invités (Alex Cuba, David Myles, Warren Spicer, Katie Moore et Shane Philips). Respectueux et fait selon les règles de l’art (de l’album hommage comme de l’artiste hommagé). Sous ses traits sommes toutes modernisés (notons ici tout de même un certain conformiste d’adaptation), force est d’admettre que l’œuvre du « roi du calypso » fait bonne figure. Vague d’amour qui vous réchauffera (ah c’est peut-être pour ça que l’album sort à l’automne…) et vous charmera.

Harry Belafonte - We Love Belafonte

Publicités

@lucywroche ‏- Little Beast 7/10

Publié: 14 octobre 2018 dans Musique

Mélancolie, résilience et spleen résume plutôt bien ce Little Beast du Lucy Wainwright Roche. En n’en pas doute « l’accouchement » de son nouvel album fut difficile mais salutaire pour l’artiste qui y dépeint ses déchirures sous tous les angles. Pour l’auditeur, outre un certain voyeurisme, il s’en dégage une douce pénombre où se cache une fine lumière rédemptrice.

Lucy Wainwright Roche - Little Beast

@BeyondCreation1 – Algorythm 7/10

Publié: 12 octobre 2018 dans Musique

Le troisième album des montréalais de Beyond Creation s’avère immensément technique et s’adresse principalement à la tête plutôt qu’au cœur. Progressif dans l’âme et Death dans le rendu, Algorythm incorpore plusieurs styles musicaux dont le Jazz (attention le tout reste discret, très discret). S’il demeure agressif du début à la fin, Beyond Création offre quelques courtes accalmies avant de nous attaquer de nouveau! Ces changements de ton, bien que de courte durée, leur sont salutaire et permettent à l’œuvre de paraître moins répétitive.

Beyond Creation - Algorythm

@freaks4live – Local 717 7/10

Publié: 12 octobre 2018 dans Musique

Comme s’il n’était jamais parti… ou presque. Effectivement ce EP intitulé Local 717 signe le retour d’Ed Kowalczyk au sein du groupe qu’il avait quitté il y a une douzaine d’années. Quatre chansons originales et une reprise (de Velvet Underground) forme le EP et force est d’admettre que le groupe semble bien heureux de se retrouver et la chimie opère de nouveau. Sans être un retour aux sources époque Throwing Copper, Live Rock plus que sur Songs from the Black Mountain (dernier album fait ensemble). Ici, on se retrouve quelque part entre Secret Samadhi et V mais en même temps pas trop loin de The Turn seul album de Live sans Ed paru en 2014. Moins spirituel dans son propos et sans être un grand vent de fraîcheur, Local 717 offre un retour satisfaisant et fort agréable.

Live - Local 717

@Guillaume_VM – Disparition 7.5/10

Publié: 12 octobre 2018 dans Musique

Disparition signe le retour de Guillaume Beauregard avec sa plume personnelle et émotive rehaussée de sa touche acerbe qui lui est propre depuis même l’époque des Vulgaires Machins. Gus Van Go et Werner F en assure la réalisation apportant avec eux une cohorte de cuivres conférant à Disparition quelques brèches dans la noirceur de Guillaume. S’il y chante son besoin d’amour, c’est peut-être parce que celui-ci est trop souvent disparu dans notre monde actuel.

Guillaume Beauregard - Disparition

Poste d'écoute avec Frédéric Bussières au FM 103,3 (La Radio allumée)

Pas d’invité mardi dernier mais plusieurs nouveautés musicales au menu, dont La Hiérarchill de Jérôme 50, Disparition de Guillaume Beauregard, Les Choses extérieurs de Salomé Leclerc, The Beauty We’ve Found de Pascale Picard et A Million Lives par les Bears of Legend.

Chacune de ces nouveautés fût jumelée à d’autres chansons afin de créer les volets #AssoyezVous #Reveur #EnLarmes et #ALaGuerre.

Un 414e Poste d’écoute disponible dans son intégralité sur le site web du FM 103,3 !

Salomé Leclerc a mené ce projet à ma manière, guidée par son instinct. Elle l’a écrit, arrangé et y a joué presque tous les instruments sans oublier qu’elle en assure aussi la réalisation. Les explorations en studio rappelle Radiohead (surtout son piano), les guitares résonnent, sa voix en plus en avant que jamais et les arrangements scintillent sans devenir prétentieux. Si Les Choses extérieurs semble être fait pour le vinyle avec sa face À plus mordante et sa face B plus douce et introspective, il n’en demeure pas moins une réussite sur toute la ligne.

Salomé Leclerc - Les Choses extérieures