Archives de octobre, 2017

Loud – Une année record 8/10

Publié: 30 octobre 2017 dans Musique

Après New Phone, un EP sorti plus tôt cette année, Loud est de retour avec Une année record, un premier album solo complet et plutôt différent. Un franglais d’une extrême fluidité juxtaposé à des rythmiques incisives ou la redondance est mise de côté. Si Loud gardes ses repères (une livraison aux apparences sloppy) et ses amis (Lary Kidd de LLA et 20Some des DO), il n’hésite pas a dénoncé et à durcir le ton par moment (On My Life). Truffé de détails sonores, Une année record confirme qui si Loud à fait ses classes au sein de LLA, il est maintenant prêt à faire école.

Loud - Une année record.jpg

Publicités

Dans l’Shed – Gaspericana 6.5/10

Publié: 27 octobre 2017 dans Musique

Le groupe gaspésien Dans l’Shed, formé d’Éric Dion et André Lavergne, lance son 3e disque: Gaspericana; une œuvre ou le Country rencontre son proche parent l’Americana. Le duo propose un retour à des arrangements simples portés par le duo contrairement aux chansons plus orchestrées du précédent Rivière Rouge. Et c’est justement là où je trouve qu’il ont un peu perdu de leur force, de leur individualité. Car si leur prose rurale inspirée de leur quotidien demeure singulière, les mélodies souffrent d’un léger manque d’originalité. Efficace mais simple.

Dans l'Shed - Gaspericana

@Weezer ‏- Pacific Daydream 6.5/10

Publié: 27 octobre 2017 dans Musique

À l’exception de Weekend Woman et de OB Blitz, on ne retrouve guère de pièce mémorable sur Pacific Daydream. Mais si le départ est laborieux, l’œuvre s’écoute bien. Très dansant, le Rock de Pacific Daydream ne passera sûrement pas à l’histoire mais vous divertira sans que vous ayez besoin de vous caser la tête.

Weezer - Pacific Daydream

@baxterdury ‏- Prince of Tears 7/10

Publié: 26 octobre 2017 dans Musique

Je ne sais pas trop quoi penser de Prince of Tears. C’est que ce nouvel album de Baxter Dury n’est ni joyeux, ni sombre. Il n’est ni très orchestré, ni complètement dénudé. On n’y retrouve pas de grandes chansons mais non plus de pièces insipides. La voix de Baxter Dury n’est guère une grande voix mais possède tout de même beaucoup de personnalité. Prince of Tears, une œuvre en demi tons Qui se déploiera au fil des écoutes… ou pas.

Baxter Dury - Prince of Tears.jpg

Les Chiens - Les Chiens (EP2)

C’est le retour des Chiens sur Poste d’écoute. Ils étaient en studio afin de nous présenter le nouvel EP(2). Une oeuvre bien ancré dans le monde actuel, une oeuvre sombre et angoissante. Comme Les Chiens le font sur le EP, nous avons discuté « fausses nouvelles », dirigeants et trahison. Un entretien captivant disponible dans son intégralité par ici.

De plus, je suis revenu sur les nouveautés musicales offertes par Cherry Chérie (Adieu Veracruz), Oktoplut (Le Démon normal), Thierry Bruyère (Rêver plus fort), Andy St-Louis (Andy St-Louis (EP)), Esmerine (Mechanics of Dominion), Jessie Ware (Glasshouse), Sean Nicholas Savage (Yummycoma) ainsi que celle de Gazoline (Yügen). Wow! Tout ça et plus encore grâce aux volets #DansLaJungle #AuCinema et #UneDerniere .

L’intégrale de ce 367e Poste d’écoute est maintenant disponible sur le site web du FM 103,3!

Il y a quelque chose de beaucoup plus doux, de plus rond dans cette nouvelle proposition de Nini Marcelle. Si l’influence Pop ‘80 demeure palpable, c’est surtout à une livraison beaucoup plus personnelle que nous convie Nini Marcelle sur À nous la beauté. Une sorte d’émancipation légère mais pleinement assumée. Plus près de l’esthétisme de Catherine Durand ou encore de Salomé Leclerc, Nini Marcelle relate avec de fortes mélodies gardées simples, des amours en demie-teinte sans coup de foudre mais aussi sans déchirement. Un album réconfortant.

Nini Marcelle - À nous la beauté

Esmerine – Mechanics of Dominion 7/10

Publié: 20 octobre 2017 dans Musique

Toujours légèrement hermétique, la musique d’Esmerine s’entremêle sur Mechanics of Dominion à de la Musique de chambre. The Space in Between donne le ton avec ses effluves de NeoClassique. La force d’Esmerine demeure leur capacité à laisser respirer leur chansons sans toutes fois s’y perdre dans des envolées qui n’en finissent plus. Une œuvre délicate, toute en nuances qui se laisse saisir lentement mais sûrement.

Esmerine - Mechanics of Dominion