Archives de mai, 2016

Deux ans après la sortie de son excellent premier album, le Paul DesLauriers Band récidive avec Relentless. Les mois passés sur la route ont définitivement bien scellé le groupe et ça s’entend pleinement sur l’album. Relentless est une œuvre de groupe accompli, une symbiose parfaite entre le bagage musical de chacun des membres. Bien que l’album prenne racine dans le Blues/Rock, le PDB n’hésite guère à y incorporer des éléments Funk et Soul. Puissant et efficace, Relentless sent le bitume et donne inévitablement envie de rouler. Une superbe avancée pour le PDB.

FINAL Relentless COVER 3000x3000

The Dream is Over; et pourtant… Le groupe de Toronto n’a pas finit de rêver avec le retour de leurs intenses mélodies et leur énergie débordante. Bien que Pup demeure Punk, ce second album est plus lourd autant qu’il est plus expéditif. Avec leur ton dénonciateur et auto-critique, Pup ne cesse de s’amuser sur TDiO et se plaisir devient instantanément contagieux. Complexe, en dépit de la courte durée des pièces,  voilà une oeuvre offrant substance, défoulement et bonheur.

Pup - The Dream is Over

@EmilyLoizeau – Mona 7/10

Publié: 29 mai 2016 dans Musique

Avec Mona, une pièce musicale, Emily Loizeau entremêle deux histoires, l’une en anglais: le destin d’un marin de la Royal Navy, rescapé d’un naufrage durant la dernière guerre, et l’autre en français: la vie courte et tragique de Mona, un bébé de 73 ans atteint de potomanie. Ainsi, elle explore des thèmes qui lui sont chers: la mort, la vieillesse comme la schizophrénie. Un peu à la manière d’une bande sonore la musique de Mona se déclame souvent au piano dans une douce mélancolie Pop (exception faite de Who is on the Phone, plus tribale). De beaux moments d’émotions dans une œuvre qui demeure assez cérébrale.

Emily Loizeau - Mona

Kevin Parent – Kanji 7/10

Publié: 29 mai 2016 dans Musique

Pour une deuxieme fois le Gaspésien offre un album dans sa langue maternelle, l’anglais. Influencé par un voyage au Japon, l’album contient plus de testostérones. Si Fangless Wolf Facing Winter proposait un Folk/Rock plus expérimental, (…and her name was…) Kanji se décline comme un œuvre plus « straightforward ». Inspiré, Kevin se fait sérieux (Together as One) et cabotine moins que sur ses dernier disque francophone. Peut être plus une œuvre automnale mais une bonne œuvre en soi.

Kevin Parent - Kanji

@PaulineCroze1 – Bossa Nova 8/10

Publié: 29 mai 2016 dans Musique

Je l’avoue, j’avais peur. Peur d’être déçu par ce millionième album de reprises. Peur que la Bossa Nova viennent faire ressortir le côté quétaine des chansons. Et bien me voilà plus que soulagé! Qu’elle reprenne Nino Ferrer, Jobin, Gilberto, Jorge Ben, Nougano, Moustaki, Fugain ou Salvador; elle le fait en se moquant bien de l’orthodoxie, elle le fait avec douceur et respect mais surtout avec elle le fait avec compréhension et humilité. Elle offre aux œuvres originales fraîcheur, innocence et spontanéité et justesse. Chapeau bas.

Pauline Croze - Bossa Nova

Ce retour des Strokes n’est peut-être pas la totale mais demeure satisfaisant. Le EP compte 4 chansons dont un remix; c’est peu mais mieux vaut peu et bien que beaucoup et banal. Avec sont rock plus complexe qu’il y paraît ce nouvel EP semble faire le pont entre les Strokes de la première heure, ceux qu’ils sont devenus au fil du temps et une porte ouverte sur un avenir en mouvement; Future Present Past.

The Strokes - Future Present Past

Tout l’monde veut jouer avec Pépé, nouvel album de Philippe Proulx, alias Pépé et sa guitare, c’est du sérieux pas sérieux. Qu’il déconne (Ma p’tite 50) ou qu’il passe un message (Kek’tattoos avec Chaffik) Pépé place toujours le plaisir bien en avant. Épaulé de Marc Déry à la réalisation, l’album est très accrocheur. Festif et rassembleur (Steve Hill le rejoint sur Ta carapace) s’amuse autant que nous en restant vrai et fidèle à sa guitare.

Pépé et sa guitare - Tout le monde veut jouer Pépé

Que de belles musiques et de grands talents en lice cette année encore pour le Prix Félix Leclerc de la chanson dont le gagnant sera couronné le 16 juin en plein coeur des Francofolies de Montréal. Bernhari, Claude Bégin, Félix Dyotte, La Bronze, Laurence Nerbonne, Les Sœurs Boulay, Philippe Brach, Rémi Chassé, Rosie Valland et Safia Nolin. Le choix ne sera pas facile…

De plus, je vous parlerai des nouveautés musicales de Hein Cooper (The Art of Escape), de Wolf Parade (EP 2016), de La Bronze (Rois de nous) et aussi Sylvie Paquette (Terre originelle, Sylvie Paquette chante Anne Hébert). Tout cette belle musique et beaucoup plus encore grâces aux volets #CestLaVie #Poetique.
L’intégrale de ce 298e Poste d’écoute est disponible sur le site web du FM 103,3.

@ArtOfDying – Rise Up 8/10

Publié: 24 mai 2016 dans Musique

Il y a quatre ans, le groupe Canadien Art of Dying proposait Vices ans Virtues. Les revoici avec Rise Up l’album car il y a aussi eu Rise Up le EP. Une oeuvre de lutte et de dépassement. Avec “Best Won’t Do, Rise Up, Dead Man Walking, Tear Down the Wall, Eat You Alive ou encore Some Things Never Change le groupe montre toute son acharnement et sa rage de manière très positive. Viennent aussi Everything Space et Ubuntu des ballades plus qu’honnêtes et immensément personnelles. Vaincre dans l’adversité.

Art of Dying - Rise Up

Depuis plus de 50 ans,  Chaim Tannenbaum c’est forgé une carrière musicale dans l’ombre des grands de la Folk (Wainwright-McGarrigle). Aujourdhui âgé de 68 ans, il propose enfin son premier album à lui. Après s’être fait coupé les ailes dans les années 90 pour des raisons commerciales, Chaim est maintenant libre d’offrir un album à son image, une œuvre libre et intemporelle. Meublé de relectures de chanson du répertoire traditionnel, Tannenbaum se mets au service de ces chansons avec modestie et toute l’humilité des grands.

Chaim Tannenbaum - Chaim Tannenbaum (2016)

Ces dernières années, on a célébré les Douze hommes rapaillés de Gaston Miron, retrouvé les vers de Roland Giguère dans la voix de Thomas Hellman, donné un nouveau souffle aux mots de Claude Péloquin par Yann Perreau et ses muses et tout récemment mis en lumière la parole de Gérard Godin grâce à Steve Veilleux… Le temps est venu de chanter toute la richesse de la poésie d’Anne Hébert. Sylvie Paquette couche sa voix claire, posée, et ses mélodies sans artifice pour nous faire voyager dans un pan de notre histoire. Sylvie Paquette cueille dans toute l’œuvre les poèmes qui s’offrent à sa main un magnifique corridor jusqu’à nos oreille. Très respectueuse de l’œuvre d’Hebert, Paquette réussit à s’immiscer avec sensibilité dans sa poésie avec brio (merci à la réalisation et aux arrangements signés Yves Desrosiers et Philippe Brault). Terre originelle possède quelque chose de fascinant et de quasi sacré. Un doux cocon.

Sylvie Paquette - Terre originelle

Eric Clapton – I Still Do 7.5/10

Publié: 20 mai 2016 dans Musique

Eric Clapton fait taire les rumeurs de retraite et déploie sur I Still Do son Blues/Rock qui a fait son succès musical. Sur I Still Do, il revisite des grands titres du répertoire anglais avec une teinte plus bluesy et parsemés de touches d’accordéon près des bayous plutôt surprenantes. On peu également y entendre deux compositions originales et inédites, Spirale et Catch the Blues. Rien de bien nouveau mais un gage de qualité toujours intacte.

Eric Clapton - I Still Do

Machines géantes – Mauves 6.5/10

Publié: 20 mai 2016 dans Musique

Réalisé par Eric Lamothe, le EP Mauve confirme leur retour dans notre univers Rock francophone. Assez mordant, il ne perdent jamais leur petit côté accrocheur. Si Rémi Letendre, Simon Doucet-Carrière et Martin Landry s’inspirent du Rock psychédélique des années 70 comme du Blues anglais, il n’hésite pas à incorporer des éléments Pop dans leur refrains. L’écriture parfois sombres, reste le reflet de leur quotidien et gagnerait à être enrichie et moins redondante.

Machines géantes - Mauves

@LaBronze3 – Rois de nous 8/10

Publié: 20 mai 2016 dans Musique

Un ans à peine après son premier album homonyme, La Bronze est de retour avec Rois de nous; un EP de six titres donc sa relecture de Formidable de Stromae. La réalisation de Clément Leduc offre tonus et puissance à cette Pop vachement bien foutue. Dosant bien les éléments Electro ou encore Trip-Hop, La Bronze s’affirme encore plus avec une prose mature, imagée et réfléchie. Hologramme fusionne avec La Bronze de bien belle façon sur la chanson Manger nos coeurs. La planète s’intéresse à elle et on comprend tout à fait pourquoi.

La Bronze - Rois de nous

@beth_orton – Kidsticks 7/10

Publié: 19 mai 2016 dans Musique

C’est en embrassant un léger retour au New Wave que nous revient Beth Orton. Douce, elle enfile tout du long de Kidsticks un bel éventail de textures et de trouvailles sonores. On la sent très détachée par moments (Corduroy Legs) et entière à d’autres (Snow). Avec un juste niveau d’expérimentation, Kidsticks se laissera découvrir tranquillement.

Beth Orton - Kidsticks

@andyshauf – The Party 8/10

Publié: 19 mai 2016 dans Musique

Si The Party, est à priori une œuvre fantaisiste, elle n’en demeure pas moins très personnelle. Andy Shauf, nous invite à un Party calme présentant un éventail de personnages uniques. Le tout se déroule sur des arrangements soignés de guitares, de cordes, de clarinettes et de synthés accompagnés d’un piano délicat. Plus proche dans ses ambiances d’un album après-fête ou encore de lendemain de veille. The Party se laisse découvrir lentement avec beaucoup d’émotions et de plaisirs.

Andy Shauf - The Party

Toujours active au sein de Saratoga, Chantal Archambault a trouvé le temps de construire ce sympathique EP nommé À hauteur d’homme. C’est sous la direction d’Alex McMahon que le projet a pris forme. Cinq titres pour autant de situations qui nous parle de faiblesses comme de vulnérabilités mais qui au bout du compte, relate autant nos forces insoupçonnées. Avec ses sonorité aux racines Country, Chantal apporte quelques éléments Pop qui apportent lumière et plaisir malgré la douce « noirceur » du propos.

Chantal Archambault - À hauteur d'homme

Félix Soude c’est d’abord une prose;  anecdotique autant que de ses états d’âme et juste assez « sloppy ». Plus Rock que sur son premier album (2011), il se situe quelque part entre Fred Fortin et LP Gingras. Si L’âge que j’ai aurait gagné à être élagué, il demeure agréable d’entendre l’authenticité de Soude avec ses (nombreuses) qualités et ses défauts.

Félix Soude - L'âge que j'ai

C’est peut être la nostalgie de cette époque toute récente ou Wolf Parade propulsait « le son de Montréal » (avec les Arcade Fire de la ville) avec leur Apologies to The Queen Mary (2004) mais ce nouvel EP paraissant six ans après leur dernier disque (Expo 86) me rend heureux. C’est remplie de béatitude que mes oreilles ont parcourues les 15 minutes de ce EP. On pourrait dire que rien n’a changé et qu’il manque de surprise mais pour une fois tout est très bien comme ça! Allez! Rejouer.

Wolf Parade - Wolf Parade (EP 2016)

Cette fois, c’est pour la sortie de son album New Wave de plage que Sunny Duval revenait à Poste d’écoute! Un album qui respire la plage et… la nouvelle vague! J’ai eu beaucoup de plaisir à le retrouver et à partager ce bonheur avec vous. D’ailleurs, l’intégral de cet entretien et disponible par ici.

De plus, il était question des nouveautés de Mathieu Bérubé (Saudade), Vianney (Les Idées blanches), Amylie (Les Éclats) et Corinne Bailey Rae (The Heart Speaks in Whispers). Tout ça grâce aux volets #LeRegneAnimal #SystemeSolaire et #Ennuyeux

La 297e édition de Poste d’écoute est maintenant disponible sur le site web du FM 103,3.

Sunny Duval

Toujours pétillante et lumineuse, Michèle O revient avec L’amour violet, un EP de cinq nouvelles chansons ancrées dans un univers résolument moderne teinté de Rock alternatif. Réalisé par Vincent Blain (L’Indice), qui en assure aussi les arrangements; c’est au fil de cette collaboration que l’univers musical de Michèle O se trouve bonifié de percussions, de piano et de trompette. Plus dynamique mais aussi plus vulnérable, Michèle O se dévoile sans voile et avec coeur.

Michèle O - L'amour violet

@braidsmusic – Companion 7.5/10

Publié: 16 mai 2016 dans Musique

Les quatre chansons que l’on trouvent sur Companion proviennent des mêmes séances d’enregistrement que Deep in the Iris mais comme le ton y est légèrement différent, Raphaelle Standell-Preston et sa bande ont préféré les écarter momentanément pour maintenant les offrir sous forme de EP. Il y est question d’insécurités personnelles mais le tout est couché sur des mélodies avec un jolie penchant pour le groove. Un agréable Compagnon.

Braids - Companion

@MTHBRB – Saudade 8/10

Publié: 15 mai 2016 dans Musique

Mathieu Bérubé présente Saudade, un premier album aux accents Folk intimistes. Sa plume mature et hautement poétique (« mais pour l’instant j’ai peur de sortir de mon appart’ apathique tomber dans l’domaine public » De jour et d’ennui) dépeint l’amour, l’espoir, l’ennui et l’errance. En parfaite symbiose avec ses mélodies habillées de nombreux arrangements et habitées d’instruments diversifiés. Évoquants par moment les fresques musicales d’Harmonium (l’excellente Halle Berry), les changements de tons sont nombreux, bien que l’œuvre demeure majoritairement calme. À une époque où la musique Folk est omniprésente chez nos artistes, Mathieu Bérubé propose un Folk lancinant (Cimetière), presque Prog (Parachute) qui se démarque avec une authenticité bienfaisante.

Mathieu Bérubé - Saudade

Avec Les Éclats, Amylie fait éclater son Royaume en proposant une œuvre intimiste toujours Pop mais délaissant le côté « bonbon » de son album précédent. Retour à l’essentiel : « J’ai toujours tout eu sauf les yeux pour le voir » chante-t-elle. Avec ces quatre années de maturité en plus, elle nous offre un album somme toute assez doux mais loin de la monotonie. La parole prend plus de place sur Les Éclats et elle se fait porteuse de messagerie l’on pourrait qualifier de retour à l’essentiel. Œuvre aboutie, réfléchie et tout en beauté.

Amylie - Les Éclats

Pour leur premier EP Ponteix a confier la réalisation à Francis Collard (Ariane Moffatt, Brigitte Boisjoli, Cirque du Soleil) Mario Lepage (chanteur / multi-instrumentiste) et ses comparses Adam Logan (guitare / synthétiseurs) et Kyle Grimsrud-Manz (batterie) offrent quatre titres de Pop/Rock rêveuse et assez près de l’esthétique du progressifs des années 70; se qui leur confère un petit quelque chose à la Morse Code. Plus efficace en français où il se demarque plus et mieux, que sur l’anglophone Chasing the Sun, on entend que la voix de Mario Lepage n’est pas tout à fait assumée. Si on peut aussi y entendre de relents de la défunte formation Projet Orange, Ponteix a tout le potentiel et le talent pour réussir à s’affirmer d’avantage et crée bientôt tout un Orage en se poussant encore plus loin.

Ponteix - J'orage

Bob Dylan – Fallen Angels 6/10

Publié: 13 mai 2016 dans Musique

Après avoir joué avec le répertoire de Sinatra (Shadows in the Night), Dylan fouille cette fois dans le répertoire classique Américain. Johnny Mercer, Harold Arlen, Sammy Cahn et Carolyn Leigh. Les arrangements sont plus que convenues et se n’est plus la voix de Bob qui viendra agrémenter le tout. L’amour que porte Dylan à ce répertoire est audible mais manque cruellement de modernisme.  Honnête mais malheureusement un peu terne.

Bob Dylan - Fallen Angels

Musiques riches, arrangements somptueux, voix assurée et textes sensibles. Voilà qui résume bien Gabrielle Proulx sur son nouvel EP, Immoler les ombres. Une oeuvre à son meilleur lorsqu’elle laisse éclore son côté sombre. Magistralement orchestré (Petites morts) Immoler les ombres s’avère des plus aboutit mais est-ce sufisant pour porter cette Pop au dessus de la mêlée? Souhaitons que oui.

Gabrielle Proulx - Immoler les ombres

Ce mardi à Poste d’écoute je m’entretenais avec le jeune groupe Navir dont quelques-unes des chansons se sont retrouvées dans les séries Boomerang (TVA) et Mensonges (TVA/AddickTV). Pas mal pour un début. Ils étaient avec nous pour parler de la parution de leur premier album Opposite Natures en plus de nous offrir A Sailor’s en version acoustique (Audio / Vidéo). Pour (ré)écouter cet entretien des plus intéressant, c’est par ici.

En plus d’un volet entièrement consacré à des nouvelles chansons (#AVenir avec Radiohead, Les Deuxluxes en autres) je vous ai parlé des nouveautés de Champion (Best Seller), Whitehorse (The Northern South Vol. 1), Geneviève Racette (Les Aurores boréales) et Benrhari (Île Jésus). Tout ça grâces aux volet #DuJolie et #TousLesGarconsEtLesFilles

Le 296e Poste d’écoute est disponible dans son intégralité sur le site du FM 103,3.

@NavetConfit – EP7 7/10

Publié: 10 mai 2016 dans Musique

Rarement, il me semble, Navet a-t-il sonné aussi Pop; et ca lui va très bien. Éthérées, les 5 chansons de son 7e EP sont très accrocheuses et bien qu’habillement orchestrées M. Confit y reste légèrement plus sage dans ses explorations que par le passé, sans toutes fois tomber dans la facilité.

Navet Confit - EP7

Sur A Moon Shaped Pool, Radiohead rompt avec les amalgames Electro/Rock abrasifs des deux albums précédents pour plonger dans des musiques orchestrales et ambiantes. Enveloppant autant qu’obsédant, ce neuvième album est probablement le plus fragile de la discographie du groupe britannique. Cette fois, c’est le piano qui règne sur l’œuvre, suivie de près par les guitares acoustiques et des orchestrations de cordes et de la voix de Thom Yorke. Doux, Radiohead suit cette ligne directrice parsemée de grooves réfléchis et immensément langoureux. Près de la bande sonore (Bonjour Greenwood) A Moon Shaped Pool demeure habité de corps et d’âme; nous rappelant avec joie que Radiohead possède beaucoup de coeur.

Radiohead - A Moon Shaped Pool

Si Corinne a perdu un mentor suite au décès de Price, son ami à tout de même eu le temp de laisser sa marque sur The Heart Speaks in Whispers. La Pop/Soul que déploie Bailey Rae respire la lumière même dans les moments plus sombre et sa fait du bien. Loin de faire du surplace Corinne prend des risques et interpelle le rêveur en dedans de chacun de ses auditeurs. Son R&B personnel bien qu’avec une bonne portée féministe, elle ce donne le droit de rêver dans ses propres couleurs.

Corinne Bailey Rae - The Heart Speaks in Whispers

Avec un tel premier album, Marvin Jouano impressionne et prend aisément le premier rang des héritiers solide 
de Benjamin Biolay. Mélancolie comme amours déchus, rêverie comme romantisme; Intérieur nuit profite d’une écriture sensible et d’une précision exemplaire. Avec son univers bien personnel, Jouno possède une écriture somptueuse et très cinématographique. D’un grande richesse mélodique Intérieur nuit nous laisse découvrir un artiste de grand talent.

Marvin Jouno - Intérieur nuit

@bernhari – Île Jésus 7/10

Publié: 7 mai 2016 dans Musique

Deuxième album intitulé Île Jésus pour Bernhari. De nouveau réalisé avec Emmanuel Éthier, Bernhari évite tout de même la redite. L’auteur-compositeur s’est cette fois replié sur 
lui-même afin de vivre une introspection. Toujours très mélancolique, il délaisse son piano 
pour expérimenter des sonorités de clavier; conférant ainsi un certain spleen général à l’ensemble de l’oeuvre. Album plutôt nocturne, Île Jésus possède de nombreuse similitudes avec Maladie d’amour de Jimmy Hunt. À la grâce de Dieu!

Bernhari - Île Jésus

Couronné Artiste Masculin de l’année au dernier gala des Victoires de la musique, le jeune auteur-compositeur-interprète français Vianney s’impose depuis la sortie européenne, en octobre 2014, de son premier album Idées blanches. Deux ans plus tard, l’album sort enfin chez nous. Il existe assurément une généalogie Bénabar, Renand Luce, Vianney. Avec sa Pop joyeuse emprunt de mélancolie, de romantisme, de fougue et d’humour. Entraînantes, ses chansons frappent par leur naturelle et leur aisance à se tourner vers autrui. Fluides et entraînantes les mélodies de Idées blanches se font un parfait véhicule pour son propos finement raffiné et agréablement livré.

Vianney - Idées blanches

Bon, moi les album trop long juste pour « flasher » je n’en peu plus. Artistes! je vous adore mais sachez que tout ce que vous faites n’est pas bon, The Colour in Anything de James Blake aurait pu être un grand disque mais à vouloir trop en mettre la qualité s’en trouve dilué. Saluons toute fois le talent que possède Blake à faire jaillir la lumière de sujet intrinsèquement sombre. Il n’hésite pas non plus l’expérimentation et la recherche sonore en gardant l’oeuvre cohérente. Si La couleur est partout, elle est surtout ambiance. Dommage que ce soit aussi long.

James Blake - The Colour in Anything

@TBRmusique – Ocean 7/10

Publié: 6 mai 2016 dans Musique

Un album  de plus dans la mouvance Indie Folk québécoise. Un beau disque par contre. Juste assez planant comme terre-à-terre; on écoute Ocean comme une douce ballade en mer calme. Possédant juste ce qu’il fait de subtilités sonores afin de renouveler notre plaisir à chaque écoutes.

The Bright Road - Ocean

@Meghan_Trainor – Thank You 7/10

Publié: 6 mai 2016 dans Musique

Bien que moins originale que sur son premier album, sur Thank You, Trainor offre une Pop excédant la moyenne. Tantôt drôle, tantôt touchante (Mom) elle évite habilement le piège de la balade mièvre en offrant une Pop dansante et enjouée parfaite pour l’été.

Meghan Trainor - Thank You

Whitehorse est de retour. Plus « sale » que jamais. Sur la première instance de The Northern South, on entend le sable et le bitume dans le Blues/Country/Rock qui compose le EP. Luke Doucet et Melissa McClelland sont face à face au micro pour se dévisager autant que s’exciter. Un exercice plus que réussi qui démontre une autre facette du duo torontois.

Whitehorse - The Northern South Vol 1

Encore une fois, il ne m’est pas aisé d’apprécier toute l’ampleur de ce Puit sans fond. C’est que les Death Grips tirent dans plusieurs directions (Hip-Hop, Rap, Electro, Rock) et manque par moment de ligne directrice. Plutôt hermétique et soutenu par de bonnes ligne de basse et une surprenante rythmique, Bottomless Pit s’apparente par moment à de petits brûlot à peaufiner mais offre aussi son lot de petites merveilles sonores. À vous de juger.

Death Grips - Bottomless Pit

Très dommage que cet album n’est jamais eu le rayonnement mérité. Ely habille son Country en y variant les ambiances sonore avec brio. Avec ces quelques petites touches Blues, Honky Tonk Masquerade à définitivement marqué l’inconscient de toute une génération l’ayant suivie.

Joe Ely - Honky Tonk Masquerade

Pour leur nouvel album, Mass Murder Messiah change de chanteur: Alex Leblanc (ex-Neuraxis, ex-Point Blank Range), prend rapidement sa place avec son style vocal guttural et provocateur. Musicalement, MMM demeure fidèle à ses racines, un mélange de Deathcore très technique rehaussé de nombreux éléments Thrash. Bien que par moment tout se ressemble un peu, la fougue des trois M opère et nous rentre dedans avec force!

Mass Murder Messiah - Born Again Apocalypse

TRÈS GROS Poste d’écoute mardi dernier avec la visite de Jonathan Painchaud qui venait nous présenter son album La Tête Haute et plus d’apporter sa guitare le temps de nous jouer en version acoustique, Belle infirmière, premier simple de ce nouvel album! (AUDIO / VIDÉO). Passionnante rencontre disponible par ici.

Les gars de Flying Joes étaient de retour en studio pour lancer leur tournée Let it Out accompagnant leur excellent premier album du même nom. Un autre rencontre remplie de plaisirs maintenant disponible juste par là!

Vous dire s’il y avait de la testostérone à la station… !

De plus je suis revenu sur les nouveautés de Benjamin Biolay (Pamelo Hollywood), de Rymz (Petit Prince), de Plants and Animals (Waltzed in from the Rumbling) et de Jean-Louis Murat (Morituri). Tout ça en bien plus avec les volets #Debandade et #Insouciant

La 295e édition de Poste d’écoute à ne pas manquer, est maintenant disponible sur le site web du FM 103,3.

Après avoir lancé Lambert dans ses bottines l’automne dernier, Yves Lambert revient à une forme plus conventionnel de musique Folk/Trad. Laissez courir les chiens, explore et fusionne les influences de chacun des membres du trio (Yves Lambert, Tommy Gauthier et Olivier Rondeau). Plus qu’une simple relecture, le trio apporte un son original ocillant entre la fête et l’engagement social. Actuel bien que fortement enraciné dans notre passé.

Yves Lambert trio - Laissez courir les chiens

Ça s’est ce qui s’appelle se faire attendre… La dernière fois que Urbain desbois est sortie de sa maison qui travail plus que lui, c’était en 2007 avec son album La Gravité me pèse. Urbain Desbois possède toujours cette belle ambivalence entre la ville et la campagne mais on l’entend amère face au marché actuel. Amoureux de la langue, il en maîtrise agréablement les subtilités. Appuyé par un Folk volontairement « brouillon », I’m Just a Poor and Lonesome French Canadian Rockstar, Baby, malgré les années qui le sépare, s’incruste parfaitement dans l’œuvre de Desbois.

Urbain Desbois - I'm Just a Poor and Lonesome French Canadian Rockstar, Baby

Arrivant tout droit de Bonaventure en Gaspésie, St.Mars présente son tout premier EP, J’étais un chêne, c’est quatre titres Folk/Pop qui transpire l’authenticité. Entouré de Patrice Michaud pour le texte de Vendu ou bien d’Éric Dion (Dans l’Shed) à la réalisation du EP. Je m’en voudrais de ne pas mentionner la nouvelle vie qu’offre St.Mars à la magnifique Au bord du récif, que Louis-Jean Cormier avait composée dans le cadre de l’émission Les voix humaines en s’inspirant des pêcheurs gaspésiens. Avec sa voix douce et merveilleusement maîtrisée, St.Mark propose un univers bien personnel touchant et beau.

  

Deja prometteur sur EP, voici le premier album de Hein Cooper. Peaufinant déjà son Folk/Pop afin de proposer quelque chose de plus cohérent, Cooper impressionne de pas sa maturité mélodique. Habillant son univers musicale des douceurs et subtilités de sa guitare acoustique, il laisse ainsi de la place aux textes qu’il dépose d’une voix rappelant celle de Patrick Watson. Non sans contraste, The Art of Escape oscille entre harmonies vocales et rythmiques plus électriques. Très prometteur!

Avec Best Seller, Champion invite au rassemblement et au festoiement. Best Seller est également un retour à la danse et au rythme. Bien qu’il reste quelques léger fragments dès ambiance Classique et tre éthérées de °1 paru en 2013, l’Electro de Best Seller se rapproche plus de l’approche Blues/Rock de son deuxième album Résistance. Champion c’est aussi la voix, non pas la sienne mais cette fois celle de Lou Laurence, de Marie-Christine Depestre et d’Anna Frances Meyer. Variant les ambiances sonores, Champion s’assure de garder l’auditeur captif et attentif au nombreux détails des compositions. Ne nous reste plus qu’à faire de Best Seller un vrai « Meilleur vendeur », ce qui ne devrait pas être trop difficile.

Champion - Best Seller

Les Moyens du bord c’est le troisième album pour le Québécois d’adoption Ludo Pin et nouveau papa. Paternité l’ayant poussé à voir le Monde au travers l’autre et avec plus de recul. C’est ainsi que ses doutes et ses questionnements prennent un nouvel envol. Épaulé par son fidèle acolyte Navet Confit, la musique coule bien qu’elle regorge de détails sonores et se sans miner l’émotion des textes. Plus recherché et moins éparpillé, Ludo Pin signe avec Les Moyens du bords son meilleur album à présent.

Ludo Pin - Les Moyens du bord