Archives de mai, 2016

Deux ans après la sortie de son excellent premier album, le Paul DesLauriers Band récidive avec Relentless. Les mois passés sur la route ont définitivement bien scellé le groupe et ça s’entend pleinement sur l’album. Relentless est une œuvre de groupe accompli, une symbiose parfaite entre le bagage musical de chacun des membres. Bien que l’album prenne racine dans le Blues/Rock, le PDB n’hésite guère à y incorporer des éléments Funk et Soul. Puissant et efficace, Relentless sent le bitume et donne inévitablement envie de rouler. Une superbe avancée pour le PDB.

FINAL Relentless COVER 3000x3000

Publicités

The Dream is Over; et pourtant… Le groupe de Toronto n’a pas finit de rêver avec le retour de leurs intenses mélodies et leur énergie débordante. Bien que Pup demeure Punk, ce second album est plus lourd autant qu’il est plus expéditif. Avec leur ton dénonciateur et auto-critique, Pup ne cesse de s’amuser sur TDiO et se plaisir devient instantanément contagieux. Complexe, en dépit de la courte durée des pièces,  voilà une oeuvre offrant substance, défoulement et bonheur.

Pup - The Dream is Over

@EmilyLoizeau – Mona 7/10

Publié: 29 mai 2016 dans Musique

Avec Mona, une pièce musicale, Emily Loizeau entremêle deux histoires, l’une en anglais: le destin d’un marin de la Royal Navy, rescapé d’un naufrage durant la dernière guerre, et l’autre en français: la vie courte et tragique de Mona, un bébé de 73 ans atteint de potomanie. Ainsi, elle explore des thèmes qui lui sont chers: la mort, la vieillesse comme la schizophrénie. Un peu à la manière d’une bande sonore la musique de Mona se déclame souvent au piano dans une douce mélancolie Pop (exception faite de Who is on the Phone, plus tribale). De beaux moments d’émotions dans une œuvre qui demeure assez cérébrale.

Emily Loizeau - Mona

Kevin Parent – Kanji 7/10

Publié: 29 mai 2016 dans Musique

Pour une deuxieme fois le Gaspésien offre un album dans sa langue maternelle, l’anglais. Influencé par un voyage au Japon, l’album contient plus de testostérones. Si Fangless Wolf Facing Winter proposait un Folk/Rock plus expérimental, (…and her name was…) Kanji se décline comme un œuvre plus « straightforward ». Inspiré, Kevin se fait sérieux (Together as One) et cabotine moins que sur ses dernier disque francophone. Peut être plus une œuvre automnale mais une bonne œuvre en soi.

Kevin Parent - Kanji

@PaulineCroze1 – Bossa Nova 8/10

Publié: 29 mai 2016 dans Musique

Je l’avoue, j’avais peur. Peur d’être déçu par ce millionième album de reprises. Peur que la Bossa Nova viennent faire ressortir le côté quétaine des chansons. Et bien me voilà plus que soulagé! Qu’elle reprenne Nino Ferrer, Jobin, Gilberto, Jorge Ben, Nougano, Moustaki, Fugain ou Salvador; elle le fait en se moquant bien de l’orthodoxie, elle le fait avec douceur et respect mais surtout avec elle le fait avec compréhension et humilité. Elle offre aux œuvres originales fraîcheur, innocence et spontanéité et justesse. Chapeau bas.

Pauline Croze - Bossa Nova

Ce retour des Strokes n’est peut-être pas la totale mais demeure satisfaisant. Le EP compte 4 chansons dont un remix; c’est peu mais mieux vaut peu et bien que beaucoup et banal. Avec sont rock plus complexe qu’il y paraît ce nouvel EP semble faire le pont entre les Strokes de la première heure, ceux qu’ils sont devenus au fil du temps et une porte ouverte sur un avenir en mouvement; Future Present Past.

The Strokes - Future Present Past

Tout l’monde veut jouer avec Pépé, nouvel album de Philippe Proulx, alias Pépé et sa guitare, c’est du sérieux pas sérieux. Qu’il déconne (Ma p’tite 50) ou qu’il passe un message (Kek’tattoos avec Chaffik) Pépé place toujours le plaisir bien en avant. Épaulé de Marc Déry à la réalisation, l’album est très accrocheur. Festif et rassembleur (Steve Hill le rejoint sur Ta carapace) s’amuse autant que nous en restant vrai et fidèle à sa guitare.

Pépé et sa guitare - Tout le monde veut jouer Pépé