Archives de novembre, 2016

@thelostfingers – Christmas Caravan 7/10

Publié: 30 novembre 2016 dans Musique

Christmas Caravan, album de Noël du groupe The Lost Fingers est une invitation festive à un voyage musical autour du monde ! Le (maintenant) quatuor revisite 12 chansons de Noël – classiques (White Christmas, Greensleeve) comme obscures trouvailles (Zat You Santa Claus, Christmas Caravan) – avec un désir de surprendre en y variant le style. Grâce à de multiples et précieuses collaborations (Biréli Lagrène, Paco de Lucia, Amir Amiri et Kim Ricchardson), The Lost Fingers apportent un certain renouveau des ses hymes du temps des fêtes, sauf que par moments on ne ressent plus du tout « l’esprit de Noël ». Un album de Noël pour ceux qui n’aiment pas les album de Noël? En tout cas c’est original, j’embarque.

the-lost-fingers-christmas-caravan

ldh

Comme derniers invités de l’année, mardi dernier, j’avais le plaisir de recevoir Les Dales Hawerchuk pour la parution de leur quatrième album Désavantage numérique. Inspirations, Hockey et Rock étaient bien sûr de la rencontre. Une partie… de plaisir disponible à cette adresse.

De plus, je suis revenu sur les nouveautés de The Brooks (Pain and Bliss), Jean-Pierre Ferland (Chansons jalouses), Dear Criminals (Live (avec Le Choeur JFP)) Vianney (Vianney (2016)) et Daniel Bélanger (Paloma). Le tout servi en trois volets: #Dernierement #Musicalement et #Memoire .

Poste d’écoute, 324e édition, est maintenant disponible via le site web du FM 103,3.

La semaine prochaine, j’aurai pour vous tout un spécial Reprises / Originales! Manques pas ça!

Ce n’est pas la première fois que la grande Loretta Lynn propose un album de Noël, mais la dernière fois c’était en 1966. Cinquante ans plus tard voici White Christmas Blue, une collection de standards interprètés avec plaisir et enthousiasme. Si elle demeure classique dans sa livraison, Lynn et son réalisateur Shawn Camp ajoutent un jolie parfum Country moderne dans ses hymnes du temps des fêtes. À mi-chemin entre nostalgie et festoiement. Rien de magistral mais fort agréable.

loretta-lynn-white-christmas-blue

Depuis Les chemins ombragés, sont album sorti en 2010, André Gagnon ne sort pas trop de ses sentiers battus et reste dans la proposition peu déstabillisante… pour lui comme pour son auditeur. Cependant, M. Gagnon sait comment faire jaillir la beauté de la tristesse. Les Voix intérieures nous chuchotent mélancoliquement aux oreilles de douces mélodies fortes apaisantes.

andre-gagnon-les-voix-interieures

@SarahMcLachlan – Wonderland 6.5/10

Publié: 28 novembre 2016 dans Musique

S’il est vrai que ce Wonderland de Sarah McLachlan ne possède pas de faux pas, il n’a pas non plus l’étoffe des classiques. Très convenue, l’ambiance y est chaleureuse et apaisante mais manque d’originalité. Il s’agit simplement d’un autre disque de Noël qui se fondera bien dans votre « playlist » mais ne passera pas à l’histoire. 

sarah-mclachlan-wonderland

Claude Dubois – Zampano 7.5/10

Publié: 26 novembre 2016 dans Musique

Zampano, c’est Gelsomnia; Signé Dubois sans le côté circle et sans la présence de Louise Marleau (ancienne conjointe de Claude et instigatrice du projet Gelsomnia). Les chansons de Claude sont sur Zampano habillées d’une musicalité Pop/Rock renvoyant par moment à Pag. L’hommage à La Strada de Fellini se trouve ainsi plus discret. Force est d’admettre que l’œuvre demeure encore aujourd’hui des plus pertinente. Dubois nous l’offre avec toute la puissance de sa voix (un de nous plus beau trésor). Panne d’inspiration… ou désir de ré-appropriation? Qu’importe Zampano mérite d’exister.

claude-dubois-zampano

@florence_k – Buena Vida en concert 8/10

Publié: 26 novembre 2016 dans Musique

Je ne suis pas le plus grand fan des album en concert; trop souvent nous sert-on ce phénomène « Patrick Bruel ». Sur Bueno Vida en concert, Florence K y va presqu’uniquement de nouvelles chansons et en français de surcroît. On assiste aussi à un « retour » au Jazz sensuel de ses débuts. Interprète de talent comme en fait foi sa relecture de All Apologies de Nirvana. À l’aise sur scène, Florence l’incarne parfaitement en alliant musicalité légèrement sombre et autres plus up-tempo. Ainsi, immortaliser se moment sur disque devenait essentiel.

florence-k-buena-vida-en-concert