Archives de mars, 2018

Après Get Up! lancé en 2013 Ben Harper et Charlie Musselwhite se réassocient de nouveau et propose No Mercy in this Land; une proposition en continuité et un partage sincère entre les deux artistes. Plus Blues que Folk, l’album est vibrant d’honnêteté. Bref (tout juste 35 minutes) No Mercy in this Land est peut-être court mais justement, rien n’est superflu, nous laissant ainsi rêver à une trilogie.

Ben Harper and Charlie Musselwhite – No Mercy in this Land

Publicités

Le problème avec Yesterday Was Forever s’est sont inégalité. Pour chaque moments ou la voix de Kate Nash rayonne, on y entend un nombre égale de cris et de pénibles délires. Pour tout bons moments Pop, on retrouve des essaies Rock et Rap plus ou moins réussis. Le résultat est parfois dure à suivre; quelque part entre expérimentations et faux pas.

Kate Nash - Yesterday Was Forever

Tantôt introspectif, tantôt dénonciateur, l’auteur-compositeur-interprète Rémi Chassé brise le mur (du son) du deuxième album avec puissance. Une poésie soignée et plus singulière se trouve de nouveau habillée par des textures de guitares et de percussions lourdes. Verbeux, j’aurais laissé plus de place aux mélodies (pourquoi pas un ou deux solos?) d’autant plus que la voix (magnifique, puissante et juste assez éraillée) de Chassé est très en avant. Moins Punk que sur Debout dans l’ombre, Rémi démontre sur Les Cris et les fleurs une solide progression et une meilleure maîtrise de son Rock.

Rémi Chassé - Les Cris et les fleurs

@loicapril ‏- Loïc April (EP) 7/10

Publié: 29 mars 2018 dans Musique

L’artiste montréalais nous dévoile son premier album solo; un croisement entre The Strokes et Jimmy Hunt. Anciennement du groupe Post-Punk Protofiev, l’artiste offre une œuvre porté sur les guitares traitant de solitude, d’anxiété et de désillusion. Des thèmes qui pourraient en faire un album sombre mais des rythmiques inventives et juste assez accrocheuses viennent sauver la donne.

Loïc Arpil - Loïc Arpil (2018)

Sule

Ce mardi sur Poste d’écoute, je recevais celui que vous avez peu-être couvert à La Voix ou avec son groupe… SULE and the Very Bad Men. Effectivement, SULE était avec moi afin de nous présenter son premier véritable album solo Hold On. Son cheminement, ses influences autant que ses motivations fûrent de nos sujets de discussion. L’intégrale de cette belle rencontre est disponible par ici. Ah oui, j’oubliais, SULE nous a aussi fait la surprise d’apporter sa guitare et il en a profité pour nous interpréter son simple Who Do You Burn For… moment magique!

De plus, je suis revenue sur les nouveautés musicales de Jordan Officer (Three Rivers), Simon Kingsbury (Plaza), Yamantaka // Sonic Titan (Dirt) et de Jack White (Boarding House Reach). Sans oublier les nombreuses autres chansons au programme grâce aux volets #Rêve #Bête et #Amour

Ce 386ième Poste d’écoute est disponible dans son intégralité sur le site web du FM 103,3, bonne écoute!

Voici la bande sonore du film Daryl Hannah ou Neil Young campe le rôle principal en plus d’en proposer la musique avec ses collègues de Promise of the Real. Si les quelques que « vraies » chansons valent le détour; celles plus « dédiées » bande sonore – souvent très courtes et laissant une impression d’inachevée – alourdissent notre appréciation de la proposition. L’album est aussi plus électrique que ne le laisse croire sa pochette. Expérimentations pour visuel non-fournie.

Neil Young + Promise of the Real - Paradox

Surprenant retour pour les STP, groupe qui a passé à travers un bon nombre d’épreuves au cours de son existence (Décès de Scott Weiland en 2015 et de Chester Bennington (Linkin Park), tête d’affiche du EP (High Rise en 2013)). Jeff Gutt, nouveau chanteur du groupe fait fort bonne figure au sein du groupe qui semble par le fait même fort bien revitalisé. Si les arrangements sont moins ingénieux que ceux de leur albums phares, l’énergie et le plaisir ne se font pas sans quelques agréables surprises rendant l’album accrocheur et plaisant.

Stone Temple Pilots - Stone Temple Pilots (2018)